skip to Main Content

Expertise Médicale devant la CRCI

A l’occasion d’un Expertise médicale demandée par la CRCI, il faut distinguer le médecin expert du médecin conseil.

Lorsque l’expertise médicale a lieu dans le cadre judiciaire on parle de médecin-expert car celui-ci est  désigné par le tribunal. C’est un auxiliaire de justice qui est choisi en fonction de ses titres et expériences.
Lorsque l’expertise médicale a lieu à l’amiable, comme à la CRC,I le médecin est en fait un médecin conseil.
La victime peut s’adjoindre si elle le souhaite son propre médecin-conseil.
Le médecin conseil et le médecin expert  sont diplômés en réparation du préjudice corporel. Il faut donc comprendre que devant la CRCI ils ne sont pas experts mais simplement diplômés en réparation du préjudice corporel et chargés de donner leur avis.
ll y a souvent confusion dans l’esprit d’une victime. Celle-ci a   le « mauvais réflexe » de voir dans un médecin medical-conseil ou dans un médecin expert l’aspect « médecin« …
 Il est préférable que la victime ait conscience le jour de l’expertise médicale qu’il s’agit d’une personne ayant pour mission de traduire les séquelles en un chiffrage qui aura une répercution financière plutôt que de voir ce médecin expert ou conseil comme quelqu’un chargé de soulager les maux. Il est  important d’avoir saisi le rôle de ceux-ci pour avoir toutes les chances de son côté pour être indemnisé.

Déroulement de l’Expertise  Médicale

  • Accueil de la victime et explications sur ce qui va se faire.
    • Relevé précis des identités et adresses ainsi que des rôles de chacun des membres présents.
    • Présentation des documents fournis (toutes les parties doivent avoir les mêmes).
    • Reconstitution des faits accidentologiques – cliniques et sociaux.
    • Les documents médicaux communiqués doivent être reproduits de façon partielle ou totale, selon leur intérêt.
    • Les souffrances endurées d’origine physique et psychique seront soigneusement décrites.
    • Les traitements suivis, incluant la rééducation et leur quantification sont décrits.
    • Les antécédents pouvant avoir un rapport avec les lésions et leurs conséquences fonctionnelles, suvenues lors de l’accident motivant l’expertise médicale, sont recherchés.
    • Les plaintes, symptômes et doléances: Il est essentiel de bien écouter ce dont se plaint la victime et de le reproduire.
    La façon pour la victime de percevoir son expertise et sa motivation face à la démarche de la justice sont essentiels.
    • Evaluation tridimensionnelle (lésionnel, fonctionnel, situationnel).

Remarques sur l’expertise médicale CRCI :

L’accueil sur le lieu d’expertise qui peut se dérouler soit au cabinet médical  du médecin expert soit dans une institution.
Lorsque la victime va seule à l’expertise celle-ci peut se retrouver seule face aux avocats de la partie adverse ou/et des experts missionnés par les établissements ou médecins en cause. L’expertise est déséquilibrée à ce moment là.

Back To Top