skip to Main Content

Avocat dommage corporel : comment le choisir ?

Suite à un accident les victimes d’un dommage corporel pensent souvent spontanément à s’adjoindre un avocat. L’entourage pousse également les victimes en ce sens.

Ce réflexe est propre au dommage corporel. Il ne viendrait pas à l’idée d’une victime d’un incendie de maison de penser à prendre un avocat pour chiffrer celle-ci. Pourtant, en dommage corporel,  nous sommes exactement dans la même situation.

Au fond tant qu’un dossier n’est pas devant un tribunal il faut s’entourer d’un expert en indemnisation et non d’un avocat. En conséquence l’avocat choisi doit  être expert en ce domaine. Il sera dans ce rôle là tant que le dossier ne sera pas contentieux.

Il n’est généralement pas urgent de s’adjoindre un avocat pour un dommage corporel : un dossier se joue dans la majorité des cas à la consolidation, c’est à dire lorsque l’état de la victime est stabilisé.

Il est préférable que la victime ait déjà un minimum de connaissances en indemnisation du dommage corporel avant de choisir son avocat. Ceci évitera de confier la défense de son dossier à quelqu’un qui s’y connaît moins que soi… De plus, c’est le bon sens, il est utile de s’adjoindre un avocat dommage corporel lorsque l’on a compris pourquoi et donc lorsque c’est utile. De nombreuses victimes regrettent après coup d’avoir trop rapidement saisi un avocat qui n’était pas spécialisé ou alors dont elles n’avaient pas besoin car le dossier ne le justifiait pas. Ces victimes se retrouvent ainsi à verser des honoraires prévus avec l’avocat alors qu’elles auraient pu l’éviter.

Qu’est-ce qu’un bon avocat dommage corporel ?

Contrairement à un avocat « généraliste », l’avocat spécialisé en dommage corporel a une pratique quotidienne des problèmes rencontrés par les victimes d’accidents.

Il a suivi une formation spécifique lui assurant un savoir-faire propre au droit de l’indemnisation et du préjudice corporel. Il sait oeuvrer en concertation avec les experts capables d’apporter un éclairage fondamental à la défense d’une victime. L’expérience dans ce domaine est très importante.

Comment choisir l’avocat dommage corporel?

Vous pouvez choisir vous-même votre avocat dommage corporel, cependant ne vous fiez pas aux titres que l’avocat présente : ayez avec lui un entretien sérieux en ayant déjà vous même un minimum de connaissances en indemnisation du dommage corporel.

Essayez de savoir si l’avocat dommage corporel traite déjà un certain « volume » de dossiers de dommage corporel et comment il procède habituellement : vous devez ressortir de l’entretien avec lui avec l’esprit bien clair en ayant compris le parcours que vous aurez à suivre.

En plus de sa spécialité en réparation juridique du préjudice corporel, l’avocat peut avoir un domaine de prédilection tel que :

Demandez à l’avocat dommage corporel comment il s’organise autour de lui avec des experts (médecin-expert, expert en indemnisation, expert en aménagement, expert en perte d’exploitation etc)

Vérifiez si l’avocat dommage corporel a pour habitude de travailler en équipe avec les victimes : personne n’est à la place d’une victime et on voit mal comment un avocat peut défendre sérieusement une victime s’il n ‘y a pas de réels échanges entre la victime et lui. Ces échanges permettent à la fois que l’avocat puisse se mettre à la place de la victime et à la fois à la victime de s’y connaître de mieux en mieux : c’est elle qui pourra ainsi prendre les décisions au fur et à mesure du dossier.

Demandez à l’avocat dommage corporel si c’est bien lui qui suivra personnellement votre dossier de A à Z ou si un de ses collaborateurs le fera…

Les honoraires de l’avocat dommage corporel

Voyez dés le départ avec l’avocat dommage corporel sa convention d’honoraires. Il n’est pas normal qu’un avocat fixe ses honoraires après coup.

Il faut que ce soit transparent de ce point de vue là, notamment sur les modalités de versement de l’honoraire fixe, de l’honoraire de résultat et éventuellement du temps passé.

Faites également attention aux taxes applicables sur ces honoraires. Certains avocats présentent uniquement des honoraires hors taxes et la victime se rend compte au dernier moment que le montant des honoraires est assujetti à la TVA de 20%, ce qui augmente mécaniquement de 20% le montant que celle-ci pensait débourser.

 

Back To Top