skip to Main Content

Nous pensons pour notre part qu’il y a incompatibilité pour un assureur de s’occuper de la défense des victimes.

Nous ne sommes pas les seuls…Voir en bas de page…

N’hésitez pas également à consulter l’article concernant le médecin expert désigné par la compagnie d’assurance pour évaluer vos préjudices lors de l’expertise médicale.

La réforme de la protection juridique n’est pas allée assez loin. Il faudrait tout simplement interdire aux assureurs de vendre de la protection juridique.

Le nombre de cas où l’assureur est juge et partie est impressionnant compte-tenu de toutes les conventions signées entre assureurs: cela concerne les accidents de voiture, le corporel, les dégâts des eaux, etc…Chaque fois que l’assureur paye à la place de l’adversaire  il est impossible qu’il vous défende contre lui-même. Il ne joue donc pas son rôle avec les victimes, alors même qu’il a reçu une part de votre cotisation pour défendre son client….

De plus  les assureurs ne traitent quasiment jamais les dossiers défense recours dans un service indépendant de toute hiérarchie comme le prévoit la loi. Le dossier est la plupart du temps géré dans le service contentieux corporel, c’est à dire dans un service qui n’a pas le droit de s’occuper du recours.

Est-il besoin également de préciser que les assureurs obéissent à une logique économique? Entre une indemnisation menée directement par l’assureur et sa « défense recours »et une indemnisation dans laquelle la victime est assistée par une Association indépendante, un médecin conseil, un expert en indemnisation, un expert en aménagement et un avocat la différence d’indemnisation est très importante.

On est en droit de s’interroger quant à la réelle volonté de pouvoirs publics de défendre les victimes aux vues des dispositions prises par Mm Lagarde dénoncées dans un article de Marianne en date du 19 02 2010 dont nous reproduisons ci-dessous le contenu. 

Ce qu’en pensent d’autres acteurs…

Le Canard Enchainé du 05/12/2001
Le journaliste du Canard Enchainé y dénonce les moyens utilisées par les assureurs pour ne pas indemniser correctement les victimes. Il dénonce également la tendance qu’a le médecin de l’assureur à minimiser les dégâts.
Extraits:
« Quand les assureurs handicapent les blessés »
« Expertises truquées, chantages au procès, transactions faussement généreuses:autant d’astuces des compagnies pour indemniser au rabais les victimes d’accidents« .

Le médiateur de la République
Jean-Paul Delevoye occupe les fonctions de Médiateur de la République depuis 2004 jusqu’en 2010.
Alerté par des citoyens contestant des décisions de justice s’appuyant sur des expertises médicales, le médiateur de la République a décidé de se pencher sur la question. Au terme d’une consultation juridique de plusieurs mois qu’il a menée avec des « personnalités qualifiées », dont des experts judiciaires, Jean-Paul Delevoye en est arrivé à la conclusion qu’une réforme s’impose.

Commission des Clauses Abusives
Sur saisine du Conseil National de la Consommation, la Commission des Clauses Abusives a dû vérifier si les contrats protection-juridique ne comportaient pas de clauses abusives au sens du code de la consommation. La Commission a ainsi relevé, dans une recommandation adoptée en 2002, pas moins de quinze clauses à éliminer des contrats de protection juridique ! L’assurance de protection juridique servant à garantir aux particuliers la prise en charge des consultations juridiques et des frais de procédure nécessaires au règlement des litiges a été modifiée. La loi réformant l’assurance de protection juridique a été publiée au Journal officiel du mercredi 21 février 2007.

 » Mieux vivre votre argent  » du 09 2008
Le journaliste du journal  titre son article : Assureurs, mauvais payeurs!
« Ne pas contester c’est se faire flouer.Triste constat dans le monde de l’assurance. Faute de contre -expertise ou de bataille judiciaire, l’indemnisation des victimes  se fait le plus souvent à minima …..l’obsession des assureurs , faire signer au plus vite les victimes »    extrait

Journal « Que choisir n° 297, 09/93 »  
Extrait: Comment votre assureur vous piège grâce à la convention IRSA-IDA Pour des raisons de simplification et de rapidité de gestion des sinistres, les compagnies d’assurances ont depuis longtemps une convention dénommée IRSA (Indemnisation règlement des sinistres automobiles) qui organise les relations entre elles.
Son titre V prévoit notamment l’indemnisation directe de l’assuré (IDA) par son propre assureur, et non par celui de l’adversaire.
Ainsi, alors que chaque sinistre automobile devrait être un cas particulier examiné à travers les textes réglementaires (notamment le code de la route), la convention prévoit un barème forfaitaire de responsabilité applicable à la très grande majorité des accidents.
Sans prendre contact avec l’adversaire, l’assureur attribue lui-même la part de responsabilité de son client et l’indemnise en conséquence.

Voir Attention Assureur (suite)

Back To Top