médiator

                                                            Médiator

           - Médiator Accident de la route  |  Maladie Nosocomiale  |  Accident de la vie |  Agression  | Aléa thérapeutique  |  Erreur Médicale -

     


   Permanence Téléphone Bleu

   médiator



           médiator   

   médiator

                                                                    

              médiator
          L' Association  d'Aide aux
     Victimes de France participe à la
 Commission des Usagers de la Route.


                                                                    

  Postez une question écrite
 association.avf@gmail.com
                 association d'aide aux victimes         
             Nous vous répondrons
            dans les meilleurs délais


                                                                    

  Aperçu rapide pour l'indemnisation de   préjudice corporel

  Comment se faire indemniser

  Présentation AVF

  
                                                            

  Adhérer à l'AVF
            Cliquez sur la photo

          association aide victimes adherer


                                                            

  AVF services

AVF Infos complémentaires

 AVF Actualités

                                                            

Obtenir un Avis Médical
 par un Médecin Expert
    
        Cliquez sur la photo

indemnisation accident de la route

 

 

Médiator

Association Aide Victimes  : Médiator et indemnisation

médiatorPour l'indemnisation concernant les victimes du médicament le Médiator, vous êtes invité à appeler l'Association pendant la permanence. Une cellule a été mise en place pour trouver des solutions

Médiator Actualités

médiatorLes laboratoires Servier contestent le nombre de décès avancé par la caisse d'Assurance Maladie.

médiatorSelon les autorités sanitaires, le Médiator, un médicament antidiabétique produit par les laboratoires Servier à Orléans, aurait fait 500 morts par valvulopathies du coeur et entrainé 3500 hospitalisations en 33 ans. 

médiator
Yvan Bakaric, qui a pris pendant deux ans du Médiator, a raconté à l'AFP avoir frôlé la mort. C'est par la presse qu'il aappris la mise en cause du Médiator. Personne ne l'a jamais informé des risques potentiels du médicament. Personne ne l'a jamais non plus informé des risques de l'antidiabétique Avandia, qu'il a pris un temps avant d'arrêter de lui-même en lisant les journaux. "Pour moi le Médiator c'était un médicament comme les autres. Vous savez, on ne vous explique pas; vous prenez votre médicament avec un verre d'eau et puis c'est tout", regrette-t-il . "J'étais tellement maigre et pâle que les gens que je connais ne me reconnaissaient pas dans la rue. J'étais certain que j'allais y passer, j'avais préparé mon costume noir comme ça si ça arrivait, ma famille n'aurait pas de souci", témoigne ce retraité du bâtiment âgé de 70 ans.
Yvan Bakaric s'est vu prescrire du Médiator en 2006 pour soigner son diabète, avec trois comprimés par jour. Mais deux ans plus tard, il commence brusquement à perdre l'appétit et à maigrir, de manière "considérable".  "En l'espace de trois mois, j'ai perdu 40 kilos", dit-il.
Ses proches s'affolent et il est admis à l'hôpital de La Roseraie à Aubervilliers (Seine-Saint-Denis), où un spécialiste du diabète lui dit que la dizaine de médicaments qu'il ingurgite quotidiennement, "c'est trop".
"Finalement il en a supprimé un seul: le Médiator, sans donner d'explication", poursuit Yvan Bakaric. "Ce médecin savait peut-être", avance-t-il de sa voix posée.
Dans la foulée, le patient retrouve progressivement l'appétit, reprend "assez vite" du poids, sort de l'hôpital. "Je me levais la nuit pour manger! Le frigo, c'était mon ami!", lance-t-il avec humour.
Aujourd'hui, Yvan Bakaric se dit "content" de s'en être sorti. "Mais je ne suis plus le même. Il me reste des séquelles: je me fatigue facilement, j'ai du mal à monter les escaliers, je m'essouffle, je n'ai plus de voix".
Il s'interroge aussi sur les éventuelles conséquences que la prise du médicament pourrait selon lui engendrer à plus long terme. "Quand je vois les titres des journaux, je me pose des questions et je m'inquiète".

médiator
Extrait de l'article du point.fr

Interdit à la vente depuis novembre 2009, le Médiator aurait fait près de 500 décès et plus de 3.500 hospitalisations pour des problèmes de valves cardiaques. Ce médicament, d'abord réservé aux diabétiques en surpoids puis prescrit aux personnes désireuses de perdre des kilos, a été commercialisé pendant 33 ans et prescrit à environ deux millions de personnes. Le Pr Éric Bruckert, spécialiste d'endocrinologie et de prévention cardiovasculaire à l'hôpital de la Pitié-Salpêtrière à Paris, se veut rassurant.

Pr Eric Bruckert : Ce sont des maladies des valves cardiaques - essentiellement la valve mitrale - qui entraînent une augmentation de leur taille et de leur épaisseur. À la longue, elles s'ouvrent et se ferment de moins en moinsbien. Avec le Médiator, le phénomène semble relativement rapide, ilapparaîtrait au bout de quelques mois. Mais on ne sait pas si cet épaississement peut aboutir à une insuffisance de fonctionnement des valves, ni avec quelle fréquence. Ce produit a été retiré du marché après mise en évidence de ces problèmes valvulaires à l'échographie, alors que la plupart des personnes ne se plaignaient de rien, ce qui veut dire que les anomalies de valves étaient relativement mineures. Mais dès lors qu'il y a un risque potentiel et que d'autres médicaments ont une efficacité équivalente, le produit est retiré du marché.

Plus de 500 morts, ce n'est pas un risque potentiel...

Certes. D'ailleurs, ce qui a provoqué le retrait du marché, c'est une étude randomisée qui a comparé la population traitée à une population similaire ayant reçu un placebo. Donc la force de ces données est très importante. En revanche, le chiffre avancé d'un risque de valvulopathie, plus ou moins sévère, chez près d'une personne ayant reçu ce traitement sur mille n'est qu'une hypothèse. Des personnes peuvent avoir un épaississement des valves, très visible à l'échographie, mais sans conséquence sur le fonctionnement cardiaque.

Et combien de temps après l'arrêt du traitement Médiator ce type de problème peut-il encore se manifester ?

On ne le sait pas vraiment. Il est possible que la situation se stabilisetrès vite. Le Médiator est quand même utilisé depuis très longtemps et il a été largement prescrit, le plus souvent à des diabétiques ayant entre 50 et 60 ans. S'il y avait eu beaucoup d'insuffisances cardiaques, on l'aurait obligatoirement remarqué plus tôt. Donc on ne peut pas exclure que ces anomalies des valves aient peu de conséquences, qu'elles mettent des années, voire des décennies, avant de se manifester. D'autre part, il est fort possible qu'il y ait eu des mésusages de ce médicament qui fait maigrir, même si je n'ai presque jamais vu de patients chez qui le Mediator avait été prescrit dans ce seul but.

Quelles sont les premières manifestations d'un problème valvulaire ?

Un essoufflement progressif. Si la valve ne s'ouvre et ne se ferme pas bien, le travail du coeur est dédoublé et, à la longue, ça provoque une insuffisance cardiaque. Les gens s'en rendent compte d'abord lors d'efforts importants, puis pour des activités moindres. De plus, le risque d'infection cardiaque augmente avec l'importance des lésions valvulaires. Alors qu'une infection ne touche pratiquement jamais une valve en bon état.

Quel examen faut-il alors pratiquer ?

Il n'y en a qu'un, c'est l'échographie du coeur. Cet examen, très courant, très facile à réaliser et sans danger, permet de voir immédiatement l'état des valves. Ensuite, quand le problème s'aggrave, on entend un souffle cardiaque à l'auscultation. Mais on n'est jamais certain que ce souffle soit lié à une maladie de la valve, car beaucoup de gens ont des souffles dits fonctionnels. Leur coeur et leurs valves sont alors parfaitement normaux.

Comment peut-on traiter les valvulopathies ?

Il n'y a aucun traitement médical. Quand l'anomalie n'a pas de retentissement cardiaque, on fait juste très attention aux infections. On prescrit des antibiotiques dès que le patient doit subir des soins dentaires ou des examens médicaux dits invasifs. Cette prévention est indispensable. Mais une fois que la maladie de la valve a évolué, il faut opérer. C'est une chirurgie qui est le plus souvent à coeur ouvert, qui nécessite une circulation extra-corporelle. Même si l'acte est très codifié et réalisable chez des gens très âgés, la pose d'une valve mécanique implique de prendre des anticoagulants à vie, ce qui n'est pas anodin.Le Point.fr : Le Médiator est accusé de provoquer des valvulopathies, de quoi s'agit-il exactement ?

Retour Page Accueil


Calculez votre préjudice
Cliquez sur la photo


  médiator    

 Calcul Préjudice Corporel donné
à titre indicatif et pédagogique

                                                                   

Trouvez dans le Site AVF
Cliquez sur la photo

médiator

Ou Recherchez par Mots Clefs


                                                                     

Association Label Qualité
Cliquez sur la photo

médiator

                                                                    

QUIZZ AVF
Testez vos connaissances en cliquant sur la photo

médiator

                                                                    

Journal participatif de l'AVF
          Cliquez sur la photo

association aide victimes

                                                                    

     Bonnets d'âne AVF
         
Cliquez sur la photo

           association aide victimes

                                                                    

     association d'aide aux victimes
Calcul Préjudice Corporel

                                                                     

Association d'aide aux Victimes

association d'aide aux victimesL'AVF  aide les victimes dans les  domaines suivants maladie  nosocomiale, Accident de la route,  Affection iatrogène, Agression, Aléa  thérapeutique, Accident de la vie,  Accident trajet travail et hépatite C, Erreur Médicale.

association d'aide aux victimes Sites partenaires :

 

Tous droits  réservés. Copyright 2010                              Association d'Aide aux Victimes de France AVF                                          Contact  association.avf@gmail.com