association d'aide aux victimes

 Anne Gometz association  AVF

           - Accident de la route  |  Maladie Nosocomiale  |  Accident de la vie |  Agression  |  Aléa thérapeutique  |  Erreur Médicale -

     


   Permanence Téléphone Bleu

   association aide victimes

           association d'aide aux victimes   

   association aide victimes

                                                                    

              association aide victimes
          L' Association  d'Aide aux
     Victimes de France participe à la
 Commission des Usagers de la Route.


                                                                    

   Postez une question écrite
 association.avf@gmail.com
                 association d'aide aux victimes         
             Nous vous répondrons
            dans les meilleurs délais


                                                                    

  Aperçu rapide pour l'indemnisation de   préjudice corporel

  Comment se faire indemniser

  Présentation AVF

  
                                                            

          Adhérer à l'AVF
         Cliquez sur la photo

      association aide victimes adherer

                                                            

  AVF Services

  AVF Infos complémentaires

 AVF Actualités

                                                            

Obtenir un Avis Médical
 par un Médecin Expert
    
        Cliquez sur la photo

 

Anne Gometz – 200332 – M2IED – Connaissance générale du secteur – février 2010
 
Associations et groupes d'entraide.
le Savoir dans l' Association

Anne Gometz – 200332

1

Distinguer groupes d'entraide et associations impose de clarifier les notions de bénévolat et de don. Selon Dan Ferrand-Bechmann1(1992 : 44), « le bénévolat fait référence à une action de solidarité, de bonne volonté et de participation ». Le bénévole est avant tout un citoyen parce qu'il s'engage gratuitement pour la société et le lien social, particulièrement en France où son acte est orienté vers autrui. Quand au don, il est « un transfert non actualisé » (Godbout, 2006)2, ce qui signifie que l'acte n'attend rien en retour, c'est un acte gratuit. Pour Marcel Mauss, le don se conçoit dans les trois moments : donner, recevoir, rendre et l'impossibilité de rendre peut créer un certain inconfort. On parle de dette négative. C'est pourquoi, dans les associations où le don ne permet pas la réciprocité, le bénéficiaire peut se sentir exclu, assisté,passif, quand le système d'échange et d'interactions notamment présent dans les groupesd'entraide, redonne du pouvoir d'agir en permettant par l'action réciproque de « rendre service ».Deux modèles distincts d'association, l'un basé sur la distance et l'assistance entre l'aidant et l'aidé, l'autre sollicitant la participation des usagers (Ferrand-Bechmann)3. Les groupes d'entraide ou également appelés auto-support (self-help dans les pays anglo-saxons) se rapprochent de ce dernier modèle. Ils réunissent des individus qui partagent un intérêt commun, contrairement aux associations d'acteurs aux positions sociales et compétences différentes, collectif composites de malades, non-malades, professionnels, non professionnels (Knobé, 2009)4. Lorsqu'il s'agit d'un « altruisme orienté vers un groupe de personnes partageant les mêmes caractéristiques et surtout les mêmes problèmes, on le qualifie d'entraide » (Ferrand-Bechmann, 2007)5, à l'opposé d'un acte engagé visant à modifier une situation et orienté pour et par un projet. Dans les groupes d'entraide, « donner et recevoir se confondent »6.

1 Ferrand-Bechmann, D., (1992) Bénévolat et solidarité, Syros-Alternatives, Paris. 2 Godbout, J. T., « Le don au-delà de la dette », Revue du MAUSS, 2006/1, n°27, pp. 91-104. http://accesdistant.bu.univ-paris8.fr:2073/search.php3 Ferrand-Bechmann, D. (2009) « Associations : passerelles entre cultures et entre générations », COJEP ADEPA,Juris Association.4 Knobé, S.; «Logiques d’engagement des malades dans les associations de lutte contre le cancer», Socio-logos,Numéro 4, [En ligne], mis en ligne le : 5 décembre 2009.URL : http://socio-logos.revues.org/document2346.html5 Ferrand-Bechmann, D.; « Vie associative et engagement. Education tout au long de la vie », Cours en ligne Plateformede l'IED, Université Paris 8, 2007.6 Godbout, J. T.; « La sphère du don entre étrangers : le bénévolat et l'entraide », Dumont, F., Langlois, S. et Martin,Y.; (dir.) Traité des problèmes sociaux, chapitre 48, pp. 981-994. Québec : l'Institut québécois de recherche sur laculture, 1994, 1164 pp.

 

2

L'association est un terme abstrait qui désigne un mouvement, un phénomène social, un processus dynamique (Ferrand-Bechmann, 2000 : 30). Les associations loi 1901 sont des organismes de droit privé. Il s'agit de regroupements d'individus sur des bases communautaires, identitaires ou territoriales et bien que la forme associative loi 1901 ne soit pas une obligation, la plupart de ces collectifs sont déclarés en préfecture lors de leur création. Dans une association, la participation peut se restreindre à la simple adhésion par le paiement d'une cotisation donnant alors accès aux services proposés et à la qualité de membre adhérent, ces effectifs d'adhérents justifiant par la suite une demande de subventions. Mais l'association n'est pas seulement définie par le regroupement de particuliers entre eux. En effet, le secteur associatif favorise une nouvelle forme de démocratie, fabrique du tissu social en unissant les individus sur un mode égalitaire et non contractuel.Il prend aussi en charge des problématiques émergentes insuffisamment considérées par les institutions publiques, telles que les nouvelles catégories de victimes. L'exemple de l'Association des Accidentés de France (AAF)  est l'illustration de cette capacité d'expertise des associations.8 Jean-Marie Romeder (1989)9 fait le point sur les groupes d'entraide existants. Selon lui, ceux ci se sont développées prioritairement dans le domaine de la santé et du bien-être depuis 50 ans, et la naissance du mouvement prend sa source avec la création des Alcooliques Anonymes aux États-Unis en 1935. Ils furent motivés par un besoin d'aide et d'appartenance face aux difficultés de l'existence, ainsi que le besoin d'autonomie en prenant en charge avec l'appui des autres, ses propres difficultés. Au sein des groupes d'entraide, entre l'aidant et l'aidé, il n'y a pas de rupture et de distinction comme il pourrait y en avoir dans la sphère étatique et marchande. Le lien établi se fait entre individus partageant un problème identique.Jacques Godbout (1994) donne l'exemple des AA (Alcooliques Anonymes) : « un des principes au coeur des groupes d'entraide est en effet que l'acte thérapeutique, autrement ditque dans le geste même d'aider les autres on peut trouver une solution à leurs problèmes ».Celui qui aide est un ancien alcoolique, un ancien malade. Il met au service de l'autre l'expérience de son vécu dans une relation égalitaire et non hiérarchique et sans contrepartie puisqu'il a lui-même bénéficié auparavant d'un service identique. Le soutien mutuel dans ces groupes est légitimé par un problème similaire qui confère aux uns et aux autres une connaissance privilégiée de la situation.L'activité primordiale de ces groupes est l'entraide personnelle. Généralement ils se composent d'un nombre limité de personnes bien qu'ils restent pour la plupart ouverts à de nouveaux membres. Ils fonctionnent avec des réunions fermées et parfois ouvertes qui acceptent la venue de n'importe qui, a priori extérieur au groupe.

 http://classiques.uqac.ca/contemporains/godbout_jacques_t/sphere_du_don/godbout_sphere_du_don.pd7 Association des Accidentés de France : http://www.association-aide-victimes.fr/ 8 Lochard, Y. et Simonet-Cusset, M. (2003) [coord.] L'expert associatif, le savant et le politique, Paris, Éditions Syllepse.9 Romeder, J-M. (1989) Les groupes d'entraide et la santé. Nouvelles solidarités, Conseil canadien de développementsocial Ottawa/Montréal.Anne Gometz – 200332 – M2IED –

3

Connaissance générale du secteur – février 2010

La chaleur humaine est très présente dans ces groupes, les membres constituant rapidement une sorte de « nouvelle famille » qui apporte soutien et réconfort. Ils sont spécialisés dans le domaine représenté par des individus généralement fortement stigmatisés, parce que porteurs d'une étiquette qui les identifie à travers leur souffrance. Qu'il s'agisse du SIDA, du cancer, des troubles alcooliques,ces bénévoles possèdent un véritable savoir de par la diversité des vécus existant au sein du collectif. Dans le domaine du cancer par exemple, les bénévoles des différents groupes d'aide (Association Isis à l'Institut Gustave Roussy, Retinistop, Association des parents et amis des enfants soignés à l'Institut Curie - APAESIC), parce qu'ils sont eux-mêmes d'anciens malades ou proches de malades ont une « fonction comprenante »10 particulière. Le savoir mobilisé par les bénévoles est aussi plus fraternel, davantage fait d'empathie, de compassion, de proximité, opposant un « discours de vie » au « discours technique » du corps médical (Ferrand- Bechmann, 2009). Par ailleurs, certains GAS (Groupes d'auto-supports) se préoccupent de prévention et d'informations dans le champ de la santé. Il en va ainsi de l'association A.S.U.D crée en 1992 (Auto Support et réduction des risques parmi les Usagers et ex-usagers de Drogues), née de cette volonté de prendre enfin la parole, de témoigner d'un vécu dans un contexte de répression de drogues, de participer à l'élaboration de politiques en matière de santé publique (Toufik, 1997).11 D'autres groupes d'entraide mutuelle ou GEM oeuvrent dans le champ de la santé mentale et du handicap. Selon le Cahier des charges de la DDASS12, un Groupe d'entraide mutuelle (GEM) est un dispositif émanant de la loi de 2005 « Pour l'égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées », dont l'objectif est d'être un « outil d'insertion dans la cité, de lutte contre l'isolement et de prévention de l'exclusion sociale de personnes en situation de grande fragilité ». Il s'agit d'un lieu convivial où chacun peut mettre au service du groupe ses compétences et ses connaissances parfois acquises antérieurement dans d'autres espaces associatifs. Dans ces groupes la volonté est de donner les moyens à ses usagers de s'administrer et de faire respecter leurs droits en définissant eux-mêmes leurs besoins. Ce sont des lieux de rencontre et de partage, où l'accent est mis sur le « faire avec » stimulant entraide et « coups de main » divers par l'échange d'expériences et de savoirs. Une distinction entre ces groupes constitués par les patients eux-mêmes et les associations plus traditionnelles renvoie à l'opposition entre logique d'entraide et logique philanthropique, une logique d'assistance et hétéronome (Brodiez, 2004)13 qui maintient une distance sociale entre les acteurs. Par exemple, le bénévolat au CCFD (Comité Catholique contre la Faim et pour le Développement) est majoritairement le fait d'individus issus de catégoriessocioprofessionnelles moyennes ou aisées aux expériences bien éloignées de celles des 10 Ferrand-Bechmann, D., Pourtau, L. et Amiel, P.; « L'impact du bénévolat sur les malades du cancer, bénévoles et non bénévoles » Association Française de Sociologie, 3e congrès, Paris Diderot, communication rt 35, 15 mars 2009. Site : http://groups.google.com/group/rt-35/web/programme-rt-35-congrs-2009

11 Toufik, A., jauffret, M.;« Les groupes d'auto-support d'usagers de drogues » Dossier Thema, n° 4:1997.12 Cité par Villon, L., « La vie d'un GEM. Rencontre avec l'Espace convivial citoyen. Groupe d'entraide mutuel de Rouen », Vie sociale et traitements, 2009/3, N°103, p. 40-47. Site : cairn. fr 13 Brodiez, A. « Les relations entre CGT et Secours Populaire français au prisme de l'éclatement du conglomérat communiste », in Syndicats et associations. Concurrence ou complémentarité ? France (2004).

4

bénéficiaires. Les groupes d'auto-support s'organiserait a contrario dans une logique d'autonomie et de proximité entre les membres eux-mêmes, proximité réalisée par le partage d'une même pathologie ou d'une même problématique. Si dans la logique philanthropique, des personnes s'engagent pour le bien public et pour autrui, dans la logique d'entraide, « il ne s’agit plus alors d’un malade objet comme dans la logique philanthropique du début du 20ème siècle, mais d’un malade entraidant. » (Knobé, 2009). C'est notamment en réaction aux insuffisances étatiques et institutionnelles qu'ont émergé ces groupes afin d'apporter une réponse adéquate aux sujets en souffrance, en sollicitant ce qu'il est convenu d'appeler la compétence profane ou savoir empirique et l'éducation par les pairs (Jauffret, 2000)14. Dans ces groupes généralement, l'intervention des professionnels est bannie. L'existence de ces groupes atteste une remise en cause du savoir académique. On ne parle bien que de ce que l'on connait, voilà ce que ces groupes tendent à démontrer, l'importance de l'expérience comme étant à la base de la connaissance.A contrario, les associations plus traditionnelles, par exemple les associations culturelles, ne concourent pas toujours au renforcement de la démocratie, s'éloignant en cela de l'esprit de la loi 1901. Dans les associations « classiques », différemment des groupes d'entraide, les intérêts entre le groupe et les membres sont parfois divergents, et l'on se plaint du manque de participants, élément fréquent lorsque la pratique démocratique échoue. Le besoin d'accroissement des cotisations pour justifier de subventions étatiques implique un élargissement des effectifs qui expliquerait la faiblesse de la participation (Balme, 1987)15 et contribuerait alors à modifier les relations entre les membres, rapprochant le lien entre les dirigeants associatifs et les adhérents d'un rapport clientéliste. Les groupes d'entraide sont le lieu de la mobilisation des savoirs d'expérience entre les « pairs » réunis autour d'un but commun à travers une relation équitable qui permet le développement de l'autonomie de l'individu. Selon Dan Ferrand-Bechmann16, « d'autres forces que le don mobilisent les « entraidants » »(p.71) et permet l'expression des groupes minoritaires que n'autorise pas toujours le bénévolat plus classique dans le champ associatif. Il n'est pas rare en effet que certaines antennes locales d'associations « classiques » disposent de pouvoirs très minces et pour les bénévoles, des gains symboliques faibles autour d'une activité peu gratifiante.La dette positive serait au coeur des groupes d'entraide; transmettre à autrui ce qui a été reçu,tel est le credo des bénévoles. Ces dispositifs de soutien que représentent les groupes de pairs permettent de rompre l'isolement et créent du lien social. Le ciment du groupe est l'expérience 14 Jauffret, M. « L'auto-support des usagers de drogues en France. Groupes d'entraide et groupes d'intérêt »,

Documents du CESAMES, n° 6, juillet-septembre 2000.15 Balme, R., « La participation aux associations et le pouvoir municipal : Capacités et limites de la mobilisation parles associations culturelles dans les communes de banlieue », Revue française de sociologie, Vol. 28, n° 4 (Oct. -Dec., 1987), pp. 601-639. Site : http://www.jstor.org/stable/332155016 Op. Cit., Ferrand-Bechmann,1992

5

 

partagée autour d'un même problème. Dans les associations plus traditionnelles, engagement et relations sont parfois plus distanciées, et les dirigeants associatifs peinent à fidéliser leurs bénévoles. Toutefois, quel que soit leur modèle, les associations viennent pallier les carences des politiques en répondant à divers problèmes sociaux et humanitaires. Il est approprié alors dans tous les cas de parler du bénévole comme d'un « expert associatif ».


 

Retour Page Accueil


Calculez votre préjudice
Cliquez sur la photo


  association d'aide aux victimes    

 Calcul Préjudice Corporel donné
à titre indicatif et pédagogique

                                                                   

Trouvez dans le Site AVF
Cliquez sur la photo

association-aide-victimes-avf

Ou Recherchez par Mots Clefs


                                                                     

Association Label Qualité
Cliquez sur la photo

association aide victimes

                                                                    

QUIZZ AVF
Testez vos connaissances en cliquant sur la photo

association aide victimes

                                                                    

Journal Participatif de l'AVF
          Cliquez sur la photo

association aide victimes

                                                                    

      Bonnets d'âne AVF
         
Cliquez sur la photo

           association aide victimes

                                                                    

   association d'aide aux victimes
Calcul Préjudice Corporel

                                                                     

Association d'aide aux Victimes

association d'aide aux victimesL'AVF  aide les victimes dans les  domaines suivants maladie  nosocomiale, Accident de la route,  Affection iatrogène, Agression, Aléa  thérapeutique, Accident de la vie,  Accident trajet travail et hépatite C, Erreur Médicale.

association d'aide aux victimes Sites partenaires :

 

Tous droits  réservés. Copyright 2010                              Association d'Aide aux Victimes de France AVF                    association.avf@gmail.com